La mouche

Je suis enfermé dans un corps de quatre-vingt ans.
Pour moi, aller à la boulangerie c'est comme un marathon. 
Les enfants me regardent défiants.
les femmes ne me regardent plus.
Et pourtant je n'ai que vingt ans.

Cela fait quinze ans que je vis seul.
Monique m'a quitté pour une aventure éternelle.
Elle me l'avait longtemps cachée.


Alors j'ouvre une bouteille de vin
Et je balance la canne par terre, 
Au rythme d'Amstrong je bouge mes hanches atrophiées.
Je me sers un autre verre, si vous saviez...
J'ai tellement envie de voler !


Une mouche effronté me fixe du plafond,
Connasse !
Tu penses être la seule à avoir des ailes ? 
Je mets alors du Miller et je me ressers un autre verre.
Je suis à côté de la mouche, au plafond,
je vole ! Je vole ! Je vole enfin !


Je sors par la fenêtre vers la nuit de néon.
Ridicule! 
Les Mustang klaxonnent au milieu d'un bouchon.
Moi, léger, je plane sans hésitation.
Des putes, des agences de police, des dealers,
Je me régale du point de vue.
Un mec qui se fait arrêter...il est trop bourré,
Je me moque de lui, moi, j'ai des ailes !
L'ivrogne me regarde admiratif.
"Saute, saute, petit con !"
Ce clochard réussit à me joindre,


On survole le club de jazz, la fumée, les nymphes sur le goudron. En sueur, un trompettiste nous regarde assis sur un banc:
-Hey! Amènes ta trompette, on va épouvanter les anges !



Il joue du jazz, on danse, on rigole, on est heureux.
Monique, Monique, j'arrive !


                                                           M. Sunrise

Aucun commentaire:

Publier un commentaire