Fragments poétiques du 1er Février



Il ne sera pas ici exagéré, de dire avec Georges Perros, que « le plus beau poème du monde, ne sera jamais que le pâle reflet de ce qu’on appelle la poésie. » En cela, notre idée de toujours, qu’il y a une différence entre un poème et une poésie ! Mais quelle est alors cette différence ?...ou du moins, qu’est-ce donc que la poésie ? La réponse est assez simple : Il y a en tout être et en toute chose, une part latente de poésie. Mais alors comment y accéder ? Comment la faire éclore ?

La poésie ne s’enseigne pas, diriez-vous ! Tout ne serait que question de beauté et de sensibilité, et qu’un simple assemblage de mots, selon une prosodie plus ou moins naturelle, au gré d’affinités sonores et d’échos syllabiques, suffirait !

Héla, non ! Pour preuve, tenons-nous vraiment compte dans cette transmutation de mots et d’images, de ces failles du langage, de cet état second, qui vient...et ...qui ne vient plus, de ces fractions d’instants fugaces, à la fois denses de charge émotive, gracieuses de plaisirs esthétiques et dignes d’intelligibilité ? Actionnons-nous toutes les pédales vers ce but ?

Oui ! En piochant dans cet universel qui nous sert de matière – et qui peut nous relier sensiblement– tout le monde peut écrire des poèmes, et même de la poésie !
Seulement, « ce n’est pas la matière dont la flèche est faite qui la fait voler – qu’importe le bois ou l’acier – mais sa forme, la façon dont elle est taillée et équilibrée qui font qu’elle va au but et pénètre et, bien entendu aussi, la force et l’adresse de l’archer. » Pierre Reverdy

Et c’est justement ce que nous faisons. Le poète est un archer, et L’Atelier D’Ailleurs, une fabrique de l’imaginaire, un terrain d’exercices à l’adresse et à la sculpture.

Vous aimez, ou faites déjà de la poésie et aimerez sortir de votre de zone de confort et peaufiner en groupe votre talent. Vous êtes les bienvenus à nos Fragments poétiques...à nos jeux d'écriture entre le son et le sens...le rythme et la forme...
Nos fragments poétiques d'une part, survolent les bases prosodiques à l’œuvre dans la magie "transcendantalisante" du verbe libéré. D'autre part, ils explorent les procédés d’auteurs, promeuvent l’écriture décomplexée et instantanée, et illustrent pour ainsi dire, un terrain d’exercices où se côtoient et se peaufinent toutes les formes d'art poétique. Ils donnent souvent lieu à des manifestions culturelles.

Quant à nos poétiques romanesques, elles sont des moments d’initiation à l'art de la nouvelle et du roman. C'est le lieu de ré-explorer ensemble certaines "règles" telles que de brefs rappels des mécanismes fondamentaux et structurels du récit, du travail de l'ossature (survol des parties et contenus du récit) de rapides mises en application d'un élément abordé au travers d'un court texte. A d'autres occasions, ceux qui sont sur un projet , soumettent aux autres des aspects de leur travail . (lecture d’un extrait, retours , discussions sur des possibles évolutions du récit, etc.) Le but étant d'en arriver à un recul indispensable qu'on n’aurait pas eu seul. En revanche, ceux qui ont une idée d'écriture, ou pas encore, peuvent s’appuyer sur des outils qu'on aurait explorés pour commencer , avancer, passer de l’idée à une histoire, et ainsi métamorphoser une banale intuition en des paragraphes , des paragraphes en chapitres, et des chapitres en un roman.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire