Bribes de Femmes


Sculptures et corps que scandent

Mille convoitises gourmandes

Portraits croisés d’une multitude

Au parcours rangés presqu’à la similitude

Femmes d’ici, femmes d’ailleurs

La pose insouciante de l’adolescence espiègle

Que ne ride, ni ne taraude encore nul souffle

La paysanne aux seins nus, vibrant

Au rythme du labeur saisonnier éprouvant


Femmes d’ici femmes d’ailleurs

Le martyr mortel de la jeune star

En proie soudainement aux cauchemars

D’une beauté dont l’ombre pâle

Sonne le glas sinistre d’une obsolescence fatale


Par-delà le regard lointain et brave

De la vielle dame aux traits graves

Voilà que féconde la longue et lente prière

D’un temps nouveaux que l’on peut colorier à sa guise


Femme d’ici femmes d’ailleurs

Derrière le pagne noir des déboires que l’on voile

Souvent la grâce ensorcelante de la gestation fébrile

L’instant de  séduction…le temps immobile

Des plaisirs aphones qui emplissent de bonheur


Femmes d’ici, femmes d’ailleurs

Que de voiles que ne masque

Une et même gravité anecdotique. 
Hyacinthe Kougniazondé

Aucun commentaire:

Publier un commentaire