Le diable peut frapper en plein jour



Je laisse tomber…
Ou… je le dis maintenant
Que la vie peut reprendre son cours initial ?

Les mesures du bien atteignent l’ultime limite.
Le diable peut frapper en plein jour.
Les lanternes ne servent plus à rien.

Le peuple peut pleurer son deuil.
Désormais le mal est fait.
Le hasard n’existe pas.

La pluie ne s’arrêtera pas de tomber.
On s’enivre de vin de palme
Histoire de se donner de l’élan.

Je laisse tomber…
Ou… je le dis !
Le hasard n’existe pas.

On superpose le superficiel au réel.
Et les deux finissent par devenir pareils.
Dubitatif, on improvise.

Activité méthodologique ?
Fierté de l’être .
Violence des choses.

La danse du vent,
Cette parenthèse instable
S’ouvre et se ferme à son gré.

Aux armes soldats !
La planète chauffe.
Le mal est désormais libéré.

Depuis l’autre côté du pavé,
J’allonge le bras pour empoigner
La lumière dans le creux de ma main.

Retard sur l’échéance ? 
La Grande République Libre et Laïque bat de l’aile 
Sous les assauts du diable invisible et tentaculaire.

                                              джимми Гиацинт





Aucun commentaire:

Publier un commentaire